De tout et de rien et vive la puff'

News

Nouvelle Tarification des Retraits de Points


Nouvelle tarification des retraits de points et des amendes… !À faire circuler ! Ça va faire très mal ! Attention !

Il nous faut redoubler de prudence et d’attention pendant nos déplacements, voilà ce qui nous attend.
Le texte est passé inaperçu. Le gouvernement a besoin d’argent !

Petit excès de vitesse
: 1 point et 72 euros ou 135 euros moins de 19 km/h.

Gros excès
: 3 points et 155 euros entre 20 et 39 km/h… 4 points et 155 euros entre 40 et 49 km/h… 6 points et 1700 euros maxi entre 50 km/et plus.

Ceinture
: 3 points et 155 euros.

Téléphone :
2 points et 155 euros (Même à l’arrêt si le moteur n’est pas coupé)

Stationnement interdit :
3 points et 155 euros.

Dépassement : 2 points, si vous accélérez ou refusez de serrer à droite lorsque vous êtes sur le point d’être dépassé, 3 points et 155 euros lorsque vous doublez par la droite sans clignotant ou trop près d’un piéton (ou d’un cycliste) ou sans possibilité de vous rabattre vite ou en faisant une queue de poisson ou alors que vous êtes déjà sur le point d’être devancé.

Feu rouge ou « STOP »: 4 points et 155 euros.

Alcoolémie : 6 points d’office, jusqu’à 9900 euros.

Petite alcoolémie : 155 euros: Taux d’alcool compris entre 0,5 et 0,8g/l de sang soit de 0,25 à 0,4 milligramme par litre d’air expiré.

Grosse alcoolémie : jusqu’à 4900 euros. Délit passible également de deux ans de prison maxi, pour un taux d’alcool d’au moins 0,8 gramme par litre de sang, soit de 0,4 milligramme par litre d’air expiré. La sanction est identique en état d’ivresse manifeste ou si vous refusez de vous soumettre au test. En cas de récidive (état d’ébriété, d’état d’ivresse manifeste ou de nouveau refus du test ), la peine maxi est doublée ( jusqu’à 9000 euros et 4 ans de prison).

Priorité:
4 points et 155 euros.

Sans clignotant :
3 points et 55 euros, si vous changez de direction ou si vous sortez d’une place de stationnement.

Éclairage :
4 points et 155 euros, si vous circulez sans éclairage de nuit ou par visibilité insuffisante.

Distance de sécurité:
3 points et 155 euros.

Ligne continue : 1 point et 155 euros, si vous la chevauchez – 3 points et 155 euros, si vous la franchissez.

Sens interdit :
4 points et 155 euros.

Autoroute :
3 points et 55 euros quand vous circulez sur la bande d’arrêt d’urgence –

4 points et 155 euros si vous faites demi-tour ou effectuez une marche arrière.

Détecteur de Radars
: 2 points, jusqu’à 1700 euros.

LES DÉLITS :
6 points, jusqu’à 35 000 euros et 5 ans de prison.

Conduire malgré une suspension de permis ou refuser de le remettre : jusqu’à 4 500 euros et deux ans d’emprisonnement.

Plaques
: Jusqu’à 3 990 euros et 5 ans de prison lorsqu’elles sont fausses.

Fuite :
Après un accident ou un refus d’obtempérer, jusqu’à 35 000 euros et 2 ans de prison.

Blessures involontaires :
avec interruption temporaire de travail de moins de 3 mois : jusqu’à 30 000 euros et 2 ans de prison.

ALORS PRUDENCE, sinon gare au porte-monnaie !


Test UE46F7000 par les Numériques – 18.06.13

Voici le lien vers le test tout frais de ce matin concernant ce nouvel écran si canon

http://www.lesnumeriques.com/tv-televiseur/samsung-ue46f7000-p15538/avis/3d-dans-tous-etats/4477#post

http://www.lesnumeriques.com/tv-televiseur/samsung-ue46f7000-p15538/test.html#resume


SAMSUNG UE46F7000

Bon, voilà, écran livré ce midi, même pas encore installé avec toutes ces émotions…

Merci la CG Les numériques http://www.lesnumeriques.com/legrandforum/avis/Achats-Ventes/Commandes-Groupees/cours-samsung-series-sujet_2215_1.htm#t24569

Article_Detail_02-0.jpg

Spécifications techniques :
Voilà les specs pour ceux qui se renseignent sur cette série ce sera utile, je mets quelques photos dès que j’aurai avancé sur l’installation

https://dl.dropboxusercontent.com/u/29826503/Samsung-F/sam_ue46f7000.pdf

• Smart TV 46 » (116 cm)
• 3D Full HD
• Smart Interaction 2.0
• Micro Dimming
• Processeur Quad Core
• Double Tuner
• Caméra intégrée escamotable

6166a4136b616f1f857185dfe39be314_large.jpeg

La façon la plus avancée de contrôler votre SMART TV.

Grâce à un système de reconnaissance vocale révolutionnaire, et un contrôle gestuel intuitif, votre Smart TV Samsung vous transporte dans une expérience de divertissement futuriste. Lorsque vous avez envie de vous relaxer, mais que vous ne trouvez pas la télécommande, vous avez juste à dire « Contrôle Vocal », ou à secouer la main devant votre téléviseur. Donnez lui le nom de la chaîne que vous voulez regardez, demandez lui d’augmentez ou de baisser le volume… Vous pouvez même lui parler en langage courant pour rechercher un film ou une recommandation personnalisée.

Votre téléviseur Samsung est évolutif

Dans un monde qui évolue en permanence, il est difficile de maintenir son équipement technologique à jour. Avec Smart Evolution, vous n’avez plus de soucis à vous faire pour votre TV. En ajoutant simplement un kit Evolution à votre téléviseur, vous pourrez mettre à jour les composants de votre téléviseur pour vous permettre de toujours profiter d’une expérience de pointe, sans avoir à racheter un nouveau téléviseur.

SAMUE46F7000_6.jpg?1370726826770
SAMUE46F7000_1.jpg?1370726839175
SAMUE46F7000_3.jpg?1370726851589

SAMUE46F7000_4.jpg?1370726864357

Fiche Technique LCD-Compare* du SAMSUNG UE46F7000 – 116 cm

Présentation du téléviseur LCD SAMSUNG UE46F7000

Désignation : SAMSUNG UE46F7000 (UE46F7000SLXZF)
Téléviseur LCD 116 cm (46″) / LED / 3D Ready / Indice fluidité : 800
Plus d’informations sur les TV LED Samsung
Date de sortie (approx.) : Avril 2013
Distance conseillée : En fonction des sources majoritairement utilisées, lcd-compare vous conseille :
• Sources SD de qualité moyenne (DivX®, Tuner RF, etc.) : entre 3m70 et 3m90
• Sources SD de bonne qualité (TNT SD, DVD, Satellite SD, ADSL SD, etc.) : entre 3m50 et 3m80
• Sources HD/Full HD (TNT HD, Satellite HD, Câble HD, ADSL HD, Jeux HD, etc.) : entre 2m70 et 3m
• Sources Full HD (Blu-Ray, Jeux Full HD, etc.) : entre 1m80 et 1m90
Vous pouvez également essayer notre Assistant TV LCD Plasma.

Caractéristiques techniques de la Dalle du téléviseur LCD SAMSUNG UE46F7000

Dalle : TFT
Brillance : Dalle brillante (glossy)
Rétroéclairage : LED (LCD LED)
Type : Edge LED
Rétroéclairage par LEDs blanches placées sur les côtés de l’écran (écran slim).
Explications sur le rétroéclairage Edge LED
Aspect (ratio) : 16:9
Surface visible : 116 cm (46″)
Résolution : 1920 x 1080
Taux de contraste : « Mega Contrast »

Caractéristiques Audio / Vidéo et Tuner du téléviseur LCD SAMSUNG UE46F7000

Format / Norme :
HD TV 1080p HD TV 1080p : Entrée num. HDCP + 16:9 + YUV + 1920×1080 min. + 1080p 50/60/24Hz + Tuner HD MPEG4
Note : précédemment labellisé « Full HD » + 1080/24p + Tuner HD
Explications sur le HD TV 1080p
Compatibilités 3D : Cette TV est compatible 3D (3D Ready)
TV 3D : consultez le dossier
Technologie employée : 3D Active (active shutter ou par alternance), nécessite des lunettes LCD actives.
2 paires de lunettes sont fournies (SSG-5100GB).
La technologie embarquée permet la conversion 2D / 3D en temps réel.Réglages :
– Mode 3D (Arrêt, Normal, Gauche-Droite, Haute-Basse, Ligne horizontale, Ligne verticale, Pixel ou Trame)
– Réglage des effets 3D (Perspective 3D, Profondeur et Modification G-D)
– 3D => 2D : convertit les images 3D en images normales.
– Affichage 3D automatique : si vous activez cette fonction, la tv passe automatiquement en 3D.
– Contrôle de lumière 3D : permet de régler la luminosité des images 3D.
Processeur : Quad Core
Traitements de l’image : Traitements pour la gestion des mouvements (motion processing) :
– Images : Motion Plus
– Indice fluidité constructeur : CMR 800 (Clear Motion Rate)
Explications sur la technologie de gestion des mouvements
Progressive Scan : balayage progressif en 1 seule passe
3D HyperReal Engine
Micro Dimming (optimisation du contraste sur 288 zones)
Sublimateur de couleur Plus
Ultra Clear Panel (améliore la profondeur du noir)
Digital Clean View
Web Clear ViewRéglages et fonctions :
– Format de l’image (16:9 automatique, 16:9, Zoom large, Zoom ou 4:3*, Vue intelligente 1-2 ou Adapter à l’écran)
– Autres réglages possibles (Zoom/Position et Taille d’écran 4:3)
– Mode image (Dynamique, Standard, Naturel, Cinéma ou Loisirs)
– Rétroéclairage, Contraste, Luminosité, Netteté, Couleur et Teinte
– Paramètres avancés [1] (Contraste dynamique, Nuance de noir, Carnation, RVB uniquement et Espace de couleur)
– Paramètres avancés [2] (Balance des blancs, Balance des blancs 10p, Gamma, Mire Expert et Luminosité/Mouvement)
– Options d’image [1] (Nuance des couleurs, Digital Clean View et Filtre Bruit MPEG)
– Options d’image [2] (Niveau de noir HDMI, Mode Film, Motion Plus et Cinema Black)
– Temps protection automatique : pour éviter la formation d’images fantômes.
– Mode Jeu : optimise les paramètres du téléviseur pour l’utilisation de jeux vidéo sur une console.
– Mode Sport : pour une expérience optimale de visionnement des émissions sportives.Note (*) : Samsung conseille de ne pas laisser la TV en mode 4:3 pendant une période prolongée. Les bordures foncées affichées sur le pourtour de l’écran, peuvent entraîner un phénomène de rémanence.
Audio : Système audio : 2 x 10 Watt RMS
Compatible Dolby® Digital Plus
Compatible Dolby® Pulse
Compatible DTS
Fonctionnalité SoundShare (appareil audio Samsung optionnel)
Virtual Surround (procure un effet de son surround 5.1)
Technologie Audio 3D (Disponible uniquement lors du visionnage de contenu 3D)
DTS Premium Sound 5.1Réglages et fonctions :
– Mode audio (Standard, Musique, Voix claire, Amplifier et Stade)
– Effet sonore (Virtual Surround, Dialog Clarity et Egaliseur)
– Volume automatique : règle automatiquement le volume d’une chaîne en réduisant ou augmentant la puissance sonore.
– Type d’installation TV : sélectionnez soit Support, soit Fixation murale.
– Audio 3D : ce téléviseur peut produire un son plus immersif pour les vidéos en 3D.
– Personnalisation du son : vous permet d’étalonner le téléviseur pour obtenir une qualité sonore optimale.
– Sélection des haut-parleurs : pour choisir les haut-parleurs à utiliser parmi les différents haut-parleurs disponibles.
– Paramètres supplémentaires : configurez des paramètres supplémentaires pour optimiser la sortie audio.
– Niveau Audio DTV : permet de définir le volume du son numérique au niveau souhaité.
– Réglage de la sortie audio numérique (Format audio et Retard audio)
– Comp Dolby Digital : convertit le son Dolby en son stéréo de façon à pouvoir émettre le son par ses haut-parleurs.
– Paramètres SoundShare (Ajouter nouveau périphérique et Liste des périphériques audio Samsung)
Tuner TV : 1 tuner NICAM Stéréo
Tuner TNT (numérique) : 2 tuners TNT (DVB-T / Tuner Numérique Terrestre)
Compatible TNT SD MPEG2 et TNT HD MPEG4 (flux de 2ème génération, utilisable avec des flux SD et HD)
Explications sur la TNT HD et consultez notre guide sur le passage au tout numérique.
Tuner Satellite : 2 démodulateurs SAT (DVB-S et DVB-S2 / Tuner Numérique pour Réception Satellite)
Compatible SD MPEG2 et HD MPEG4 (flux de 2ème génération, utilisable avec des flux SD et HD)
Compatible DiSEqC (Digital Satellite Equipement Control) version 1.2
Compatible avec le module TNT par satellite FRANSAT.
Consultez le dossier sur la TNT par satellite.
Tuner Câble : 2 démodulateurs Câble (DVB-C / Tuner Numérique pour Réception par Câble)
Compatible SD MPEG2 et HD MPEG4 (flux de 2ème génération, utilisable avec des flux SD et HD)
Guide TV : oui
Teletexte : oui

Caractéristiques générales et Fonctionnalités du téléviseur LCD SAMSUNG UE46F7000

Fonctions Internet : Cet appareil se connecte à Internet : Smart TV – Smart Hub
TV Connectée : plus d’informations dans notre dossier
Compatible HbbTV
Navigateur intégréSmart Hub est l’élément principal de Samsung Smart TV. Cette fonctionnalité transforme le téléviseur en centre de divertissement multifonctions. Grâce à Smart Hub, les utilisateurs peuvent surfer sur le Web, télécharger des applications et rester en contact avec leurs proches via des services de réseaux sociaux. Ils peuvent en outre profiter des fichiers « Mes Contenus » stockés sur des périphériques de stockage externes.
Fonctions Interactives : Smart Interaction 2.0
Contrôle vocal
Reconnaissance vocale
Reconnaissance faciale
Contrôle gestuel
Fonctions « Ecologiques » : Mode ECO (pour réduire la consommation d’énergie)
Capteur de lumière (réglage automatique de la luminosité)
Mise en veille programmable : éteint automatiquement le téléviseur après une période prédéfinie.
Image désactivée : éteint l’écran et diffuse uniquement le son.
Veille si aucun signal : si aucun signal n’est reçu durant la période spécifiée, le téléviseur s’éteint.
Hors tension automatique : si le téléviseur est resté allumé pendant 4 heures sans interaction de l’utilisateur, il s’éteint.
Fonctions TV : PIP (Image incrustée sur l’image principale)
Compatible avec une utilisation en second écran (tablette ou téléphone) : « Dual View »
e-Manual (Consultation du manuel électronique)
Smart View (application pour smartphone et tablette Samsung)
BD Wise Plus (réglage automatique de l’image – uniquement avec des produits SAMSUNG)
Partage d’écran (visionnez le contenu de votre appareil mobile SAMSUNG directement sur votre TV)
S-Recommandation (moteur de recommandation vous fait des propositions sur mesure)
Smart Evolution (kit Evolution Samsung optionnel)
Skype (système de communication vidéo)
Menu OSD en plusieurs langues
Affichage des sous-titres
Contrôle parental / Verrouillage parental
Activation / désactivation de l’effet lumineux en façade
Visionnage de deux programmes en simultané grâce à Smart View (un sur la TV et l’autre sur un appareil mobile)
Caméra communication : Caméra intégréeNote : la caméra est escamotable.
Lecteur de cartes intégré : PCMCIA, compatible CI+ (sécurisation du port PCMCIA)
Enregistreur numérique (PVR) : Enregistrement sur support externe (par USB)
Fonction Timeshifting (permet de mettre en « pause » le direct et de reprendre plus tard)
Enregistrement de programmes
Enregistrement d’un programme tout en regardant un autre programme
Enregistrement instantané
Enregistrement programmé
Visionnement de programmes enregistrés
Verrouillage / Déverrouillage des enregistrementsNotes :
– Il est recommandé d’utiliser un disque dur USB tournant à une vitesse minimale de 5400 tr/min.
– Les disques durs USB de type RAID ne sont pas pris en charge.
– Les enregistrements ne peuvent pas être lus sur un ordinateur ou un autre téléviseur.
– La durée d’enregistrement maximale est de 360 minutes.
– Le temps de lecture maximal disponible pour la fonction TimeShift est de 90 minutes.

Le clouding causera la perte des TV LCD

Le clouding causera la perte des TV LCD

Je viens de perdre mon SONY, acheté en 2009, 1500 € !
A la déchetterie, dalle avec rémanescence progressivement de plus en plus importante (l’image perçue restée et marquait l’écran malgré les changements de chaines…)
Tout notre matériel ménager n’est que du consommable à 2 balles, tout nous lâche ! micro-onde, sèche-linge, machine à laver ! les uns après les autres.
Franchement, où est passée la came de nos grands-mères, la bonne vieille machine à laver Ariston qui vivait 20-25 ans, ou même le bon vieux tube cathodique qui durait mini 15 ans ??? ou ?

Mon pote me lance que ce sont les chinois qui nous inondent de leur bonne marchandise, des écrans à qui n’en veut, du numérique, de la technologie, consommez consommez mes petits, enrichissez nous, soumettez vous… nous on remplit nos brouettes, nos coffres avec vos billets…

Du coup, il nous faut un nouvel écran, je penche pour un 55′ – oui c’est grand, oui nous n’avons pas assez de recul, c’est celaaaa oui !

Donc nous allons prendre un 55′, je me plonge dans les séries selon les marques, les modèles LED, éventuellement 3D, dlna, enfin la soirée y passe…

Voilà que je tombe sur plusieurs articles qui font encore se retourner ma grand-mère dans sa tombe, la pauvre !
en voici un sur le clouding, ça vaut le détour, et ça fait froid dans le dos quand à la durée de vie que l’on imagine innocemment améliorée quand on ne s’y est pas intéressé depuis des mois, voire des années

Le clouding, c’est ce défaut trop souvent constaté de zones grisées au lieu d’être bien noires dans les scènes sombres. C’est un défaut de fabrication de la dalle, qui apparaît surtout sur les TV équipés d’un rétro-éclairage de type Edge LED. Ils peinent à répartir la lumière de manière homogène sur l’ensemble de la dalle, alors qu’elle n’est émise que depuis des diodes blanches (les Leds) depuis les côtés de l’écran.

(article pompé chez les numériques donc)

des noirs intenses mais pas assez homogènes dans les scènes les plus sombres. Ils voient des tâches grises à l’écran !

37C530 cloud
Des zones plus claires sont visibles dans les coins de cette TV (visibles sur les écrans bien réglés).

La polémique a démarré sur le forum, sur le topic du Philips 46PFL9707S, mais la critique vaut finalement pour tous les téléviseurs LCD (CCFL et Edge Led) – sauf en principe pour les modèles les plus haut de gamme à rétro-éclairage Direct Led + local diming.

Edge led
Edge LED

Full ledDirect Led

Le clouding est un défaut dont l’importance décrite et perçue va grandissante parce que la qualité des téléviseurs elle même grandit.

Avec le temps, depuis le milieu des années 2000 (date depuis laquelle les TV LCD ont commencé à entrer dans les foyers), les plus gros soucis de rémanence, puis de couleurs délirantes, et enfin de taux de contraste insuffisants se sont progressivement atténués, voire réglés.

Un bon téléviseur actuel dispose de couleurs justes en mode Cinéma (jamais par défaut !), de flous maîtrisés dans les scènes en mouvement rapide et d’un taux de contraste qui dépasse les 2500:1. Ce dernier point est essentiel et a largement contribué à l’amélioration perçue de la qualité d’image. La différence entre un TV à 1000:1 et un autre à 2500:1 est visuellement énorme. Pas besoin d’être un technicien spécialisé de l’image pour en percevoir le bénéfice.

Le souci, c’est que plus le taux de contraste augmente, plus les variations d’intensité lumineuse à l’écran sont sensibles. Les TV IPS qui plafonnent à 1000:1 de contraste n’ont pas ce souci. Le contraste est tellement faible que les défauts d’homogénéité lumineuse sont masqués. En revanche, sur un TV trois fois plus contrasté, ça saute parfois aux yeux (ça varie d’un TV à l’autre).

On atteint aujourd’hui la limite physique des LCD à rétro-éclairage à tube ou via des diodes placées sur les côtés. Il faut passer à un nouveau système. En l’état actuel du marché, ce sera soit :

  • des TV plasma. Ces téléviseurs n’ont aucun clouding ! Ils sont brillants, consomment plus d’énergie, font un peu plus de bruit, mais le clouding y est nul. Hélas pour leurs adeptes, ils tendent à disparaître, tués par le LCD ;
  • du LCD avec rétro-éclairage Direct Led + local diming, soit des diodes réparties uniformément derrière la dalle et pilotées indépendamment les unes des autres suivant les scènes à l’écran ;
  • de l’OLED, sur lequel chaque sous-pixel est lui même une diode indépendante.

L’OLED paraît être la solution parfaite. Sauf au regard des prix annoncés, pour l’instant très chers. Son arrivée n’est pas pour tout de suite. Manifestement son avenir ne s’entend en réalité qu’avec le passage simultané à l’UHD. Aucun produit de ce genre ne devrait donc arriver sur le marché avant 2014. Il faudra sans doute attendre 2015 ou 2016 pour trouver ensuite des TV abordables.

Panasonic oled 4k
Le TV OLED UHD de Panasonic dévoilé sur le CES 2013 ; la technologie est la même que celle de Sony

Le Direct Led pourrait être une solution de remplacement temporaire. Encore faudrait-il que les constructeurs prennent conscience des soucis rencontrés et des doléances des clients, qui aimeraient enfin trouver autre chose que de l’Edge Led, sans que ça soit hors de prix. Ce n’est pas encore acquis…

Samsung uhd tv cote
Samsung uhd tv arriere

Enfin, Samsung découvrait et exposait les joies du Direct Led + local diming sur le CES 2013… sur le 85″

Notre protocole de test doit-il être revu ?

Les tests évoluent toujours. Nous veillons à les améliorer, à suivre l’évolution technique et les progrès. Des lecteurs appellent à une simple photo d’un écran noir, dans le noir. Cette scène ferait selon eux ressortir des défauts invisibles sur notre mire actuelle.

Nous avions essayé ce « test » lors de la mise en place du banc d’essai du clouding. À l’époque, nous n’étions pas convaincus par le résultat. Une séance de remise à plat des essais est néanmoins prévue prochainement car indéniablement, ce souci de clouding prend une part grandissante dans les reproches faits aux LCD. À suivre…


Collusion : l’extension pour savoir qui vous piste sur Internet, le nouveau projet de Mozilla pour sensibiliser au ciblage comportemental

 

Le 05/03/2012, par Sarah Mendès, Chroniqueuse Actualités

La Fondation Mozilla lance une nouvelle extension, baptisée Collusion, qui permet à l’internaute d’exercer un contrôle sur ses informations.

Collusion permet de suivre en temps réel le « tracking » sur le Web. « Collusion construit un graphique visuel des sites web qui utilisent les cookies tiers pour partager des informations vous concernant », explique Mozilla sur la page de l’Add-on.

Le principe est simple. Une fois téléchargée, Collusion indique, via un graphique, qui suit notre activité et surtout qui collecte des données sur notre compte.

Plus la navigation avance, plus les données s’affichent sur le graphique.

Collusion%20Mozilla.png

L’extension, encore au stade de prototype, est un effort supplémentaire de la part de Mozilla pour faire prendre conscience aux internautes de l’étendue de la problématique du « ciblage comportemental ».

Un effort qui s’illustre également par une autre initiative, le fameux projet Do-Not-Track qui vise à protéger la vie privée et à désactiver le plus possible les traçages publicitaires.

Depuis, Google a annoncé qu’il intégrerait cette fonction Do Not Track à Chrome.

A noter que Collusion tire partie des avantages de JetPack (le nouveau kit de développement de Mozilla). Elle ne nécessite donc pas de redémarrage de Firefox pour s’installer.

Téléchargez l’extension Collusion

Source: Mozilla


[iPhone] – des applis envoient vos données !

Des applications téléchargent le carnet d’adresses de l’iPhone

LEMONDE.FR | 15.02.12 | 15h38

Un iPhone 4S d'Apple.

Un iPhone 4S d’Apple.AFP/KIMIHIRO HOSHINO

Quel est le point commun entre les applications iPhone de Facebook, Twitter ou Instagram ? Ces services – comme plusieurs autres – enregistrent l’ensemble des données contenues dans le carnet de contacts du téléphone et les envoient sur les serveurs de ces entreprises : noms, prénoms, numéros de téléphone, adresses e-mail…

Certaines de ces applications, comme Facebook ou Twitter, préviennent l’utilisateur que l’entreprise va accéder à leurs données, principalement pour activer une fonction « rechercher mes amis » sur ces réseaux sociaux. D’autres ne demandent pas l’autorisation : c’est ce qui a provoqué la colère de nombreux utilisateurs de l’application du réseau social Path, la semaine dernière, lorsqu’un développeur a découvert que l’application enregistrait les données de son carnet d’adresses sans lui demander son autorisation. Le scandale a poussé plusieurs journaux et utilisateurs à effectuer des tests sur d’autres applications, qui ont permis de découvrir que la pratique était, sinon habituelle, du moins utilisée par plusieurs applications connues.

Depuis le début de la controverse, certaines applications ont procédé à des mises à jour, au moins pour indiquer clairement que les informations du carnet d’adresse étaient utilisées par l’application. C’est notamment le cas de Path et de Foursquare. D’autres applications, comme celle de Twitter, devraient être mises à jour prochainement ; le service de micro-messages conserve les données de ses utilisateurs durant dix-huit mois maximum.

Plus ennuyeux encore, certaines applications testées par Venturebeat transmettent ces informations personnelles en utilisant une connexion non protégée, comme Foodspotting. Les données peuvent donc théoriquement être aisément interceptées. Par le passé, Apple a déjà bloqué des applications qui transmettaient ce type de données de manière non sécurisée. Mais la politique générale d’Apple n’empêche pas un développeur d’applications d’accéder au carnet d’adresses sans demander l’autorisation de l’utilisateur – et les applications comme Path ont passé avec succès les tests que fait subir Apple aux applications qui veulent être présentes sur son magasin en ligne.

Android, le principal concurrent de l’iOS d’Apple, procède de manière différente : lorsqu’il installe ou met à jour une application, l’utilisateur voit la liste des types de données auxquels l’application aura accès, et doit valider l’installation après en avoir pris connaissance. Le système d’opération de Google regroupe toutefois les différents types d’informations personnelles dans des catégories assez vastes, et il n’est pas toujours possible de savoir exactement quelles données utilise une application qui demande à accéder aux « données de navigation », comme l’historique Web.

Source : Le Monde.fr


Crédit immobilier : quel prêt choisir ?

Les solutions ne manquent pas pour souscrire un prêt immobilier. Encore faut-il choisir la formule la mieux adaptée à sa situation.

L’acheteur qui veut aujourd’hui emprunter doit choisir son prêt avec le plus grand soin. D’autant plus qu’avec une inflation assez faible, le coût réel du crédit reste assez élevé.

Les précautions à prendre

Précision préalable : quelle que soit la formule adoptée, il faut impérativement vérifier le coût réel du crédit en demandant le « taux effectif global » et ne pas se laisser allécher par les taux d’appel affichés à grand renfort de publicité. Ils ne comprennent pas les frais annexes et autres coûts de dossier et ne sont valables qu’une seule année, quand il s’agit de taux variables.

Autre exigence : un bon emprunteur doit négocier âprement en mettant en concurrence plusieurs établissements. A chacun de faire valoir son meilleur « profil » en souligner son faible niveau d’endettement, l’importance de son portefeuille de valeurs mobilières ou ses revenus futurs.

La négociation et la comparaison des offres ne doivent pas seulement porter sur le taux du crédit mais aussi sur les éléments annexes : montant des pénalités en cas de remboursement anticipé, coût des assurances, possibilité de transformer un prêt à taux variable en prêt à taux fixe, etc.

Et n’oubliez pas que le moindre dixième de points d’intérêt en moins peut rapporter gros au final.

L’épargne-logement

C’est le premier réflexe des acheteurs prévoyants : utiliser les possibilités offertes par l’épargne-logement qu’ils ont patiemment constituée au fil des années.
Un bon réflexe s’il s’agit du livret d’épargne puisque le taux du prêt est actuellement de 3,25%. La réponse est moins évidente pour les plans puisque le taux du prêt dépend ici de leur date d’ouverture.

Les précédentes générations de plans, antérieures au 1er août 2003 ne présentent pas vraiment d’intérêt puisque le taux du prêt est quasiment équivalent à celui du marché (4,80% à 4,31%). Et, compte-tenu de la durée minimale de quatre ans, seuls les épargnants ayant souscrit un PEL avant 2004 peuvent éventuellement en profiter.

Les prêts à taux fixe

C’est de loin le type de prêt le plus pratiqué en France. Sans doute en raison de son extrême simplicité puisque tout est fixé d’avance : le taux, la durée du remboursement et le montant des échéances. La visibilité est parfaite : l’épargnant sait parfaitement à quoi il s’engage et peut mieux évaluer les offres des différentes banques en comparant le « taux effectif global » (TEG) qui comprend tous les frais annexes.

Contrepartie de cette simplicité : les taux sont plus élevés que ceux des prêts à taux variables.

Comme tout emprunt, le prêt à taux fixe est un pari sur l’avenir : on est perdant si les taux baissent et gagnant s’ils augmentent.

Les prêts à taux variable

Le principe est simple en apparence : le taux du prêt augmente et baisse en cours d’emprunt en même temps que les taux du marché. Dans la pratique, le taux du prêt est généralement indexé sur l’Euribor, taux de l’argent au sein de la zone Euro, auquel les établissements financiers ajoutent leur marge (entre 1% et 3%).

. Exemple : vous empruntez aujourd’hui à 5,5% à une banque qui applique une marge de 1,6%. Si l’Euribor atteint 5% l’année prochaine, le taux de votre prêt grimpera à 6,6%.

Ces variations peuvent se traduire de plusieurs façons suivant les contrats.

Les prêts à échéances fixes répercutent l’évolution du taux sur la durée de remboursement, qui s’allonge ou se réduit au fil des ans, à chaque révision du taux. Si le taux de référence augmente, le nombre d’échéances augmente en proportion. Et vice-versa. Le coût global du crédit varie donc à la hausse ou à la baisse mais la mensualité reste en principe constante. Ce qui procure une meilleure visibilité à l’emprunteur. Contrepartie de cette avantageuse stabilité : cette formule coûte légèrement plus cher que les prêts à taux variables classiques.

. Certains établissements plafonnent l’allongement de la durée de remboursement. Ce qui constitue une sécurité de plus pour l’emprunteur.

La quasi-totalité des établissements proposent des prêts à taux variables « capés » ici, c’est le taux du prêt révisé qui est plafonné. Exemple : un taux variable de 4% « capé » à 2 points ne pourra pas dépasser 6%, même si l’évolution de l’indice de référence est supérieure. A l’inverse, il ne pourra pas non plus descendre au-dessous de 2%. Le taux variable et le montant des remboursements évoluent donc à l’intérieur d’un « tunnel ».

C’est une formule intéressante si le taux plafond n’est pas trop supérieur au taux fixe en vigueur au moment de la souscription. Exemple : entre un taux fixe à 5,5% et un taux révisable plafonné à 5,9%, l’emprunteur aura peut-être intérêt à choisir cette seconde formule qui lui permet de bénéficier d’une éventuelle et future baisse des taux du marché.

Il existe aussi des prêts à taux variable, sans plafonnement d’aucune sorte. Ils affichent les taux les plus faibles du marché mais comportent naturellement un risque pour l’emprunteur, proportionnel à ses espérances de gain.

Compte-tenu d’un environnement monétaire fluctuant, mieux vaut réserver cette formule à des emprunts sur une courte période, inférieure à cinq ou six ans. Mieux vaut aussi privilégier les contrats qui autorisent les remboursements anticipés sans pénalité et prévoient la possibilité de transformer ce prêt à taux variable en prêt à taux fixe. En cas de hausse trop importante, il sera ainsi toujours possible de solder rapidement sa dette.

Les prêts « in fine »

Dans les prêts classiques, dits « amortissables », l’emprunteur rembourse chaque mois une somme fixe, constituée d’une part de capital et d’une part d’intérêt, cette dernière diminuant au fil des ans. A l’issue du prêt, l’emprunteur a, par définition, remboursé l’intégralité de son prêt. Destinés aux investisseurs locatifs, les prêts « in fine », eux, obéissent à une logique différente : pendant toute la durée du prêt, l’emprunteur ne paie que les intérêts, et il ne rembourse le capital qu’à l’échéance finale.

. Les banques exigent naturellement une garantie, au-delà de l’assurance-décès, qui se traduit par le « nantissement » en faveur de la banque d’un portefeuille de sicav monétaires ou d’une assurance-vie en euros. En clair, l’acheteur signe un engagement qui autorise le banquier à puiser dans cette épargne sécurisée au cas il ne pourrait rembourser le capital.

Au final, l’emprunteur « in fine » paie donc davantage d’intérêts que l’emprunteur classique puisqu’il ne rembourse aucune partie du capital pendant toute la durée du prêt. Cette technique présente toutefois plusieurs avantages :

1. Elle réduit le montant des échéances pendant la durée du prêt, qui peuvent être, par exemple, compensées intégralement par des rentrées locatives. L’emprunteur n’a donc pas (ou très peu) d’effort financier à faire dans un premier temps. D’autant plus que les intérêts payés viennent en déduction des revenus fonciers, ce qui réduit l’impôt dû par le propriétaire-bailleur.

2. A l’issue du prêt, l’emprunteur rembourse le montant initial du prêt alors qu’entretemps, le bien s’est valorisé.

. Exemple schématique : M. Martin emprunte 100 000 pour acheter un logement du même montant à un taux de 5% sur dix ans, il paiera chaque année 5 000 (financés en tout ou partie par les loyers), puis remboursera les 100 000 la dixième année. Mais on peut penser que le logement s’est largement valorisé en dix ans. M. Martin s’est donc « enrichi » sans effort financier…


Immobilier : Extension de construction jusqu’à 40 mètres carrés, plus besoin de permis

Immobilier : Extension de construction jusqu’à 40 mètres carrés, plus besoin de permis

vendredi 9 décembre

Les Français vont pouvoir réaliser plus facilement une extension de construction existante en zone urbaine pour une surface jusqu’à 40 mètres carrés, contre 20 mètres carrés précédemment, sans permis de construire, et ce dès l’an prochain.

Un décret a été publié hier jeudi au Journal Officiel. La mesure sera applicable à partir du 1er janvier 2012.

Ainsi, les travaux de constructions existantes en zone urbaine sont désormais soumis à une simple déclaration préalable jusqu’à 40 m².

Les travaux entre 20 et 40 m² sont soumis à déclaration préalable tant que l’ensemble de la construction (partie existante et extension cumulées) ne dépasse pas le seuil de recours obligatoire à l’architecte, c’est-à-dire 170 m2.

Au-delà de 40 m2, les extensions donneront toujours lieu à permis de construire.
Cette mesure de simplification, suite à la réforme « urbanisme de projet », de la loi Grenelle 2 de juillet 2010, entre en vigueur à compter du 1er janvier 2012.

Le texte supprime l’obligation de déposer un permis de construire pour toute modification du volume d’une construction entraînant également le percement d’un mur extérieur, quelle que soit la surface créée. La procédure pour la modification d’une fenêtre existante est aussi simplifiée, plus de permis de construire même s’il convient toujours de respecter des règles d’urbanisme en vigueur.


Crédit immobilier : la hausse à laquelle vous avez échappé…

09-12-11 à 17:23

La décision de la BCE de ramener à 1% son taux directeur a permis aux Français ayant besoin d’emprunter pour acheter un logement d’échapper à une hausse des taux que s’apprêtaient à appliquer les banques françaises.

(c) Sipa
Les acheteurs immobiliers peuvent dire « Merci! » à Super Mario. Car en décidant de ramener de 1,25 à 1% le taux directeur de la Banque Centrale Européenne, son président, Mario Draghi, leur permet d’échapper à la hausse de 0,1 à 0,2 point des taux de leurs prêts immobiliers.

L’annonce de la BCE a en effet décidé plusieurs banques à renoncer à une nouvelle hausse de taux (après celle de fin novembre), pourtant programmée pour la semaine prochaine. C’est donc une très bonne nouvelle pour les emprunteurs, qui vont pouvoir continuer à se financer dans de bonnes conditions, tout en profitant de la légère baisse des prix constatée depuis quelques mois dans la plupart des villes de France. Les taux auxquels ils vont pouvoir emprunter sont de 4,02 % et 4,26 % pour les prêts sur 15 ans et 20 ans, et de 4,44% et 4,84% sur 25 et 30 ans.

Une baisse d’autant plus légitime que l’OAT a baissé
Cette décision, quasi unanime, des banques de laisser inchangé leur taux, au lieu de le monter, est d’autant plus justifiée que l’OAT, l’obligation d’état française, a fortement baissé, après avoir connu une véritable flambée courant novembre, puisqu’elle est passée de 4,01% le 17 novembre dernier (son plus haut niveau depuis 18 mois) à 3,2% ces derniers jours. Or, pour prêter, les banques doivent se refinancer, c’est-à-dire emprunter, à la fois en ressources à court terme, corrélés au taux directeur de la BCE, et en ressources à long terme, corrélées aux taux de l’OAT…
« Leur situation s’est d’autant plus améliorée que les six principales banques centrales de la zone ont annoncé mettre en œuvre tous les moyens utiles pour assurer aux Etats des ressources financières suffisantes et abordables » ajoute Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de CAFPI. Ce qui assure une ressource à la fois peu chère et abondante aux banques, qui pour prêter aux particuliers doivent d’abord emprunter cet argent auprès des institutions comme la BCE et les banques centrales.

Un répit qui risque de ne pas durer
Pour les emprunteurs, c’est une chance : ils y gagnent un répit. Jusqu’à quand ? Sans doute quelques semaines tout au plus, car, comme le souligne Hervé Hatt, directeur général du courtier en prêts meilleurtaux.com : « Compte tenu de la nécessité pour les banques de reconstituer leurs marges à l’approche de l’entrée en vigueur des règles prudentielles de Bâle III, nous croyons à une hausse progressive des taux début 2012 ».

Évolution des taux moyens depuis janvier 2011

Durée Janvier 2011 Juillet 2011 Novembre 2011 Décembre 2011
15 ans 3,56 % 4,06 % 4,00 % 4,02 %
20 ans 3,76 % 4,30 % 4,24 % 4,26 %
25 ans 3,92 % 4,44 % 4,37 % 4,44 %
30 ans 4,37% 4,84 % 4,80 % 4,84 %

La situation actuelle des marchés a cependant amené un changement important dans l’attitude des banques. Elles n’ont pas fermé le robinet du crédit, au contraire. Dans une économie qui croit de moins de 2% par an, une banque comme BPCE a par exemple accru les volumes de ses prêts de 5%. Mais elles prêtent avec davantage de prudence, en exigeant plus de garanties et, surtout en prêtant sur de moins longues périodes : une banque comme BNP Paribas a récemment révisé ses grilles pour baisser ses taux à 15 ans, mais augmenter ceux à 30 ans. Interrogée sur cette tendance, Sandrine Allonier, responsable des études économiques de meilleurtaux.com. souligne que cette attitude permet à la banque de diminuer son risque. « Prenez l’exemple d’un crédit de 200 000 € à 4,84 % sans apport.» explique Sandrine Allonier, « Au bout de 5 ans, l’emprunteur doit encore 199 728 € à la banque. Si entre temps, le bien a perdu de la valeur, on comprend pourquoi emprunter sur 30 ans peut être risqué… »

Evolution du capital restant dû selon les durées d’emprunt

Montant emprunté Durée du crédit Taux hors assurance Coût total du crédit Capital restant dû au bout de 5 ans
200 000 € 20 ans 4,26 % 97 488 € 164 660 €
200 000 € 25 ans 4,44 % 131 459 € 175 538 €
200 000 € 30 ans 4,84 % 179 501 € 183 236 €
218 000 € (110 %) 30 ans 4,84 % 195 657 € 199 728 €

Source : meilleurtaux.com


Immobilier : le Bipe pronostique une baisse des prix en 2012

 

Le Bipe a présenté les résultats de son Observatoire des marchés, de l’épargne et du crédit. Le patrimoine des Français va faire les frais de la crise.

 

L’Observatoire des marchés, de l’épargne et du crédit, réalisé par la société d’études économiques spécialisée dans la prévision économique Bipe n’est guère optimiste pour les années à venir pour l’épargne des Français.

L’étude couvre la période prospective 2011 à 2016. Concernant l’épargne financière, l’Observatoire souligne que la chute du CAC 40 aura un impact direct sur le patrimoine des Français, constitué à 18% de produits financiers corrélés à l’évolution des marchés boursiers.

En cas de remontée du CAC 40 à 3.500 points d’ici la fin de l’année, le patrimoine financier continuerait d’être en augmentation, grâce à l’épargne nouvelle accumulée dans l’année. Mais celle-ci atteindrait 3%, contre 4% en 2010.

Mais l’étude se penche également sur l’immobilier, qui fait aujourd’hui de nombreux débats (une première baisse a été constatée à Paris ce jeudi par les notaires).

Pour le Bipe, « les craintes évoquées au premier semestre quant à une potentielle baisse des prix de l’ancien se sont confirmées, et nous anticipons aujourd’hui leur baisse dès 2012 ». C’est la première fois qu’un organisme reconnu ne parle pas d’atterrissage des prix, de ralentissement de la hausse, de croissance molle ou d’accalmie mais bien de baisse.

Si les taux du crédit immobilier venaient à monter à nouveau (mais ils n’en prennent pour l’instant pas le chemin), « le resserrement des conditions de crédit et les menaces sur le pouvoir d’achat des ménages pourraient générer un processus de baisse sur plusieurs années ». Toutefois, ce recul ne compenserait pas l’envolée des prix , qui ont plus que doublé depuis 1998.

Pour le Bipe, on pourrait assister à une croissance nulle du patrimoine immobilier des ménages en 2012, puis une baisse en 2013, avant un retour à la croissance à partir de 2014.

Le ratio de la dette (qui intégre le crédit immobilier) sur le revenu devrait enfin, toujours selon cette étude, passer de 82% en 2010 à 90% en 2016. Ces niveaux semblent affolants. Mais le Bipe rappelle qu’aux Etats-Unis, il est largement supérieur à 100%.

 Source : La Tribune 09/09/11